dimanche 26 février 2012

La fois où on a voulu faire de la tire sur la neige

Vous savez qu'on partage sur ce blogue nos réussites comme nos échecs (en parlant d'échecs, la chaudrée de palourdes sablonneuse me revient en mémoire). Dans la lignée des désastres culinaires de MH, vous trouverez dans ce billet le «quoi ne pas faire pour ne pas perdre votre dimanche après-midi à essayer de faire de la tire sur la neige».

On était pourtant si bien intentionnés. On marchait tout bonnement dans les rues enneigées de Montréal, en plein soleil. J'ai alors eu souvenir que Ricardo avait déjà publié une recette de tire. On s'emballe. Ça doit être simple non? Non.

La liste d'ingrédients l'est pourtant. Une conserve de sirop d'érable, que l'on amène à 115 degrés Celsius. On peut le faire à l'oeil ou avec un thermomètre à bonbon.


Erreur #1: À moins d'avoir été élevé sur une érablière, on ne peut pas le faire à l'oeil. La recette indique qu'après 10 minutes, on peut faire un premier test sur la neige, ce que nous fîmes. Résultat, le sirop coule directement au fond de notre bac de neige molle...

MH: Est-ce que c'est normal? Trouves-tu que ça a l'air prêt?
Conjoint: Je sais pas, je le laisserais peut-être encore un peu sur le feu...

Erreur #2: N'allez pas flâner sur un site à potins pendant que le sirop est sur le feu. À un certain moment, il prendra de l'expansion de manière très soudaine. Résultat, ça déborde, ça éclabousse partout, ça crame le poêle, ça s'emboucane et l'alarme de feu part. Oh...

À cette étape, le conjoint saute du navire et abandonne le projet tire.


Pourtant...tant qu'à y être, aussi bien terminer la recette? Je remets donc le sirop sur l'autre rond du poêle et poursuis la cuisson.

S'en suivra une deuxième tentative sur la neige. Encore une fois, le sirop coule droit au fond...décidément!


Conjoint: Ça doit être la neige qui n'est pas assez «tapée».

Erreur #3: Il faut que la neige soit très compacte. N'espérez pas (comme nous) étendre la tire bien chaude sur de la neige poudreuse et faible de balcon montréalais. Si non, vous vous retrouverez avec plusieurs petites flaques jaunâtres sur votre balcon (une par tentative) et vos voisins se demanderont si vous vous êtes acheté un chien.

Le temps passe, je persévère. Prise 768...Oh! Ça semble fonctionner, vite, un bâton!


Non, non, ça ne fonctionne toujours pas. Incapable d'accumuler le moindre millimètre de tire sur nos baguettes chinoises.


MH: Peut-être parce qu'on n'en a pas mis assez?


Quelques secondes plus tard, le même scénario se produit. Le sirop coule au fond, on a froid aux mains et on gratouille notre neige au sirop. C'est nul.


Il faut parfois se rendre à l'évidence que l'on vit un échec culinaire. Après deux heures d'essais et de tergiversations, on se retrouve avec un poêle et un mur cramés, une casserole supra collée, des engelures sur les mains et des vestiges de simili-pipis de chien partout sur notre balcon.

Conjoint: La prochaine fois, on va faire ça simple et on va aller en manger au Métro Mont-Royal.
MH: Deal.

Vive l'hiver,

MH

4 commentaires:

  1. Aww! J'ai trouvé ce post bien comique, mais je comprends totalement votre déception! Je crois que je n'oserais jamais essayer de faire de la tire moi-même, déjà que je suis plutôt nulle en cuisine. :/ Tout ce que je fais est un échec (presque) total à chaque fois.

    Je vous félicite pour l'initiative en tout cas! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci Jennifer ;) Bien que je ne conseille pas la tire, certaines de nos recettes sont très faciles à réaliser, faut pas se gêner d'essayer! MH ;)

    RépondreSupprimer
  3. Hé, Les Gourmandes, vous êtes cramantes! Oups, je veux dire crampantes... Foutu auto correcteur. Bref, je viens de découvrir votre blogue et j'adore! Je repasserai vous lire, c'est sûr!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha! Merci beaucoup! Et beau jeu de mots ;) MH & LA

      Supprimer